Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Aline - prof de FLE

Bon, c'est pas exactement les premières premières, vu que ça fait deux jours que je suis là. L'appareil numérique débile que j'ai acheté avant de partir (grand mal m'en a pris!) ne marchant pas, ce sont des liens vers des sites d'autres gens que vous aurez...ce qui demande un peu de boulot de votre part! ;)

Le premier truc à dire, c'est qu'il fait chaud. Environ 35 degrés. Donc je profite amplement de la chambre de presque luxe dans laquelle m'ont mis les gens de l'ambassade, et surtout de la climatisation.

Ensuite, la ville est toute petite: en la survolant en avion, je croyais arriver dans un village. Mais non. C'est même une capitale, y'a plein de très grosses ambassades, même que l'ambassade de France est plus grosse et mieux gardée que celle des Etats-Unis. Y'a aussi un palais présidentiel, une sorte d'Arc de Triomphe complètement improbable, à l'autre bout de l'allée qui donne sur le palais, appelé Patouxai... et il reste plein des tas de trucs que j'ai pas encore vus. Il y a un très gros marché, dans des halles sur un étage, avec des fringues dans tous les sens, puis une partie où ils ne vendent que de la nourriture, une autre où ce ne sont que des bijoutiers... mais sur des dimensions assez grandes. Les vêtements qu'on a voulu essayer (avec Laure, rencontrée hier) étaient tous très larges, alors que les Laos sont plutôt petits... piège à touristes? je sais pas... en tout cas, il a fallu marchander sévère, et ceci à l'aide de calculatrices (vivent les nouvelles technologies!): le vendeur nous montre le prix en kips sur la calculatrice, on descend monstrueusement bas en utilisant le même procédé, et on recommence jusqu'à un accord. Bon, on n'est pas trop au courant des prix, donc on n'est pas encore trop sûres de nous... on verra dans un ou deux mois qui aura le dernier mot!

Niveau nourriture, c'est vraiment, vraiment très très fort. Mais alors vraiment. Les piments mexicains, à côté, c'est de la grenadine. J'ai donc (malgré les conseils avisés de Nico pendant la soirée de départ) goûté le Laap , une sorte de mixture de viande et de piments avec de la menthe fraîche... c'était terrible. Et ce soir, on est allées sur les bords du Mékong, on a choisi un chouette endroit pour manger : une terrasse sur pilotis, avec des tables basses faites d'un pneu et d'une planche, autour desquelles on s'asseoit sur des tapis en s'accoudant sur des coussins triangulaires. Ils proposaient principalement des fruits de mer (oui, la mer c'est pas le Mékong...ou l'inverse) sur barbecue, et le mec a un peu inversé notre commande (je voulais épicé, pas Laure, on s'est retrouvées avec l'inverse), mais c'était bon quand même (Laure a suggéré de prendre des lèvres de rechange en venant au Laos, elle devait souffrir, la pauvre !). Sinon, on trouve de tout: restaus français, pizzérias, une boulangerie scandinave (ça veut pas dire grand chose: en fait, c'est une boulangerie fast-food), restaus indiens (comme au Bangladesh!), même un Tex-Mex...

Oui, parce que c'est rempli de touristes. Enfin, en ce moment, en tout cas. J'irais même jusqu'à dire que le tiers (bon, allez, le quart) des habitants de Vientiane est constitué de touristes. De partout. Et y'en a partout. Et en fait la vie s'organise autour d'eux, dans le centre. J'ai pas encore vu autour, alors je peux pas dire. Avec Laure, on s'est retrouvées à parler pendant des heures avec un Français-Canadien de 37 ans qui nous racontait, pêle-mêle, ses expériences avec la mort, les femmes, les drogues, la vie, les Tsiganes, la fuite de France tout jeune, sa vie dans une cité avant, et pourquoi on devrait voter Le Pen ou Sarkozy (que les français devaient retrouver leur fierté...). Donc la conversation s'est écourtée très vite à partir de ce moment-là, surtout que c'était pas possible de lui faire entendre raison (mais il ne vote pas, et c'est tant mieux).

Sinon, ce soir, pour rentrer, j'ai pris un touk-touk, après une négociation pas ferme du tout sur le prix, et j'en ai pas cru mes yeux en passant devant un terrain de pétanque entouré de palmiers, plein de gens concentrés sur le jeu !! Il y a souvent des gens qui me disent quelques mots en français (comment ils voient que je suis française avant que j'aie ouvert la bouche?? ça me sidère!!), on voit les restes de notre colonisation, et la naissance de la re-colonisation culturelle... ça donne une impression assez bizarre... gênante, même. Certains noms de rues, et les trucs liés à la poste et au gouvernement sont écrits en Lao et en Français, par exemple. Mais bon, pas de restes de haine notoire, pas du tout, même, dans l'attitude des gens. Ouf!

Comme c'est un pays sous-peuplé, y'a pas grand monde dans les rues, et donc pas beaucoup de bruit. Les maisons ne dépassent pas deux étages, les gens circulent en moto 110cc, avec ou sans casque... pour l'instant, c'est très tranquille parce que c'est encore la fin des vacances du jour de l'an (qui a eu lieu dimanche, je rappelle!), mais je pense que ça ne sera pas très différent pendant les jours "normaux". Je verrai! Donc c'est beaucoup plus agréable que le Bangladesh, parce qu'on peut circuler, que les gens n'utilisent pas leurs klaxons à la place du clignotant...

Bon, ben je crois que c'est tout ce que je peux dire pour aujourd'hui... en espérant que ça vous intéresse un minimum... je vais essayer de fouiller l'influence communiste plus tard, quand je pourrai parler avec les gens.

A plus
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article