Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Aline

Des milliers de gouttes d'eau

Je pense qu'il y a toujours un juste retour des choses dans la vie, une sorte d'équilibre qui fait que les choses tournent (relativement) comme elles devraient. Que si on est gentil, on trouvera plus facilement des gens gentils en face. Que si on rend les objets trouvés, on retrouvera les objets perdus... il m'est arrivé deux fois de perdre mon porte-monnaie post-Noël bourré de fric, et de le retrouver plein. A Vientiane, j'ai même retrouvé ma moto que je croyais perdue à jamais : c'est le gardien de la fac de médecine qui l'avait juste rentrée à l'abris des voleurs. Sympa! Ça, c'est pour les petites actions au quotidien, qui rendent la vie plus agréable.

Et ma devise, c'est que chaque vague étant constituée de milliers de gouttes d'eau, chaque petite action est importante, et rien n'est immuable.

Effet boule de neige

Ainsi, si certaines personnes ne s'étaient pas dites que les choses ne tournaient pas rond, et si leurs amis, puis les amis de leurs amis ne les avaient pas écoutées et n'avaient pas mobilisé leur propre petite personne pour une grande action qui touchait aussi des inconnus, on en serait toujours au système féodal en France, l'esclavage serait encore une pratique courante, l'Allemagne serait nazie et le mur de Berlin (en photo ci-contre) ne serait jamais tombé. Et en Afrique du Sud, la population serait encore divisée par l'apartheid (qui a pris fin en 1991 seulement!). Beaucoup d'injustices demeurent, et rien ne justifie de les laisser se développer sans rien dire. L'argument qui m'horripile le plus  actuellement étant que « l'invasion du Tibet par la Chine est un développement normal dans l'histoire de ces deux pays, et si ça n'avait pas été la Chine, ça aurait été l'Inde ». A ce niveau-là, l'Algérie serait toujours française,  l'Inde britannique, et la décolonisation n'aurait jamais eu lieu. Bref. Ce n'est pas de politique internationale que je voulais parler.

La goutte de trop


Les récents développements, dont la démocratisation des déplacements en avion avec les vols low-cost, l'augmentation du nombre de véhicules (au Laos, par exemple, j'ai pu observer l'augmentation du nombre de 4x4 et grosse voitures dans les rues en à peine 2 ans passés là-bas!), et le développement d'entreprises de fabrication qui vont avec, font déborder le vase rempli de pollution de notre jolie planète, dernièrement.

La-tempete-de-99.jpgJuste retour des choses, on s'en prend plein la figure avec des dérèglements climatiques impressionnants. En France, on a pu le constater ces dernières années avec des tempêtes violentes et de plus en plus fréquentes, dont celles de décembre 1999 dont vous vous souvenez certainement, qui avaient été précédées par d'autres en 1987, 1990 et suivies par une autre cette année, en janvier 2009, alors que personne ne s'attendait à en revoir une aussi grosse avant une petite centaine d'années. C'est également les grosses vagues de chaleur comme en 2001 et en 2009. Selon Météo France, le lien tempêtes-réchauffement-climatique-activité humaine n'est pas établi de manière scientifique et irréfutable, mais des études sont (heureusement) en cours. Quant aux vagues de chaleur inhabituelles, elles pourraient devenir la norme...

Ici, ça va, les autorités remettent assez rapidement l'électricité, les personnes qui ont perdu leur logement sont relogées, les blessés sont soignés, les assurances et la sécurité sociale marchent à fond. Il en reste évidemment encore qui sont dans des logements précaires et dont les soins ne sont pas totalement pris en charge alors qu'ils ne peuvent pas se le permettre, mais ce n'est pas la majorité.  Dans un pays comme le Bangladesh, dont le territoire est couvert pour plus de la moitié par de l'eau, imaginez les conséquences d'une crue. Ou constatez-les, plutôt : ce pays compte 6 des 40 catastrophes les plus meurtrières pour la période 1970 - 2006. Ce qui ne prend pas en compte le passage de Sidr en 2007 et les inondations subséquentes.

Ceci est dû au réchauffement accéléré de la planète, lui-même dû à l'émission de gaz d'effets de serre causée par l'activité humaine. Entre autres. Vous avez dû lire cette phrase, entendre ces mots des milliers de fois, et si ça ne vous fait toujours aucun effet, j'espère pouvoir vous convaincre!

Wonder-consommateurs

Je ne suis pas particulièrement militante à la base en-dehors de mon cercle d'amis, et je ne suis pas non plus une scientifique aguerrie. N'empêche. Beaucoup de rapports, dont celui de la Nasa (merci Guillaume B. pour la référence, il aurait juste été bien de lire la page dans son intégralité avant d'en déformer les propos), s'accorde sur ce point : le réchauffement de la planète est un phénomène naturel, certes, mais il a été dangereusement accéléré ces dernières années, notamment par l'augmentation soudaine de parties par million de CO2 dans l'air, pour en arriver à un niveau prévu pour 2050 :


On en est arrivés à un point où un réchauffement de 2 degrés de plus rendrait les dérèglements climatiques tellement envahissants que vous ne pourrez plus partir en vacances tranquillement au soleil sans avoir à craindre un cyclone sur place, voire dans votre pays de départ. Donc oui, ça va vous toucher personnellement dans votre petite vie, dans votre quotidien.

Le climat est une affaire qui nous concerne tous, indépendamment du sexe, de l'âge, de la nationalité, de la profession et du niveau de responsabilités, du fait que ce qu'on fait d'un côté de la planète a des répercussions de l'autre. Certains (chefs politiques, dirigeant d'entreprises d'exploitation de ressources, dirigeants de grosses industries), auraient plus de pouvoir que moi, prof de français langue étrangère au chômage, me direz-vous? Mais si moi, de ma petite personne, je décidais d'arrêter d'utiliser des sacs en plastique, de n'acheter que des fruits et légumes produits localement, de ne pas utiliser de voiture et de ne boire que de l'eau du robinet, et qu'en plus on serait plein à prendre les mêmes décisions, dans la mesure du possible, les usines de fabrication de voitures, de sacs et de bouteilles en plastiques n'auraient plus qu'à mettre la clé sous la porte, entraînant avec elles les exploitations de pétrole. Mouahaha!!!

Donc c'est nous, les consommateurs, qui avons le pouvoir. Si si!!


Les moteurs de la déforestation
envoyé par gpfrance. - L'info internationale vidéo.


Des p'tits vélos!


Ce n'est pas par hasard que j'aborde le sujet de l'environnement maintenant, vous vous en doutez bien. Surtout avec l'approche de la conférence de Copenhague et tout ce qui en est dit dans les infos. Si vous écoutez/lisez/regardez les infos, évidemment!

En février dernier, alors que j'étais tranquilou au Laos, en train de vivre mon petit train-train quotidien entre mes cours de français à la fac avec mes super collègues laos, et mes sorties entre potes, tout en étant dans un élan de recherche de fonds pour acheter une nouvelle pirogue pour le village avec lequel j'avais concourru en novembre de l'année d'avant, sont arrivés chez moi deux Australiens à vélo, Kim et Tristan. L'un deux, Kim, était parti d'Australie en Août 2008 avec le but d'arriver à Copenhague à la veille de la conférence de l'ONU sur l'environnement. C'est-à-dire dans trois semaines. Là, tout de suite, il est à Berlin. Sur la route, il rencontre les organisations locales qui travaillent sur l'environnement, il rassemble des témoignages de gens comme vous et moi qui ont vu leurs vies changer avec les dérèglements climatiques récents, et il essaie de sensibiliser les autres pour endiguer à notre niveau la pollution et ses conséquences, dans le cadre de son projet Ride Planet Earth (la Planète Terre à Vélo). Des événements auront lieu sur toute la planète le 5 et surtout le 6 décembre prochains.

Et, du coup, je me retrouve à organiser une action à Paris, avec l'aide d'Arthur et Anne pour la partie Ride Planet Earth, et grâce à l'organisation Vélorution, qui organisent régulièrement des manifs à vélo. Ca sera une manif festive à vélo, avec des sonnettes, des klaxons, tout ce qui peut faire le plus de bruit possible.

Le but, c'est de montrer à nos dirigeants qui se réunissent et prennent des décisions que pour nous, c'est tout vu, il faut agir, et d'ailleurs je suis certaine que la plupart d'entre nous agissons déjà: tri des déchets, utilisation de transports en commun ou de vélos/rollers pour se déplacer, achat de produits locaux plutôt que des mêmes qui ont pris l'avion pour venir jusqu'ici... c'est nous qui leur montrons l'exemple pour qu'ils se bougent concrètement!

Donc si vous avez envie de vous joindre à une de ces actions d'où vous êtes, regardez sur le site, à l'onglet "participate", et peut-être que votre ville y figurera. Vous pouvez également regarder sur les événements de la page Facebook du projet. Pour Paris, on est déjà en ligne sur le site et sur Facebook.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Charlie 03/01/2010 19:22


Et le comportement caprin de celui (ou celle) qui ne fait que gober ce que l'on va lui dire sans jamais remettre rien en cause?
Il est beau d'avoir un discours écologiste, et très loin de moi l'idée de cautionner le modèle de consommation que nous connaissons en Occident.
Mais, juste un premier exemple, que pensez-vous du fait qu'on interdisse aux pays en voie de développement d'accéder à la technologie nucléaire (qui reste l'énergie la plus productive aujourd'hui,
et dont le problème est d'en retraiter les déchets de manière décente à l'éthique), pour leur vendre des panneaux solaires, qui coûtent deux fois plus chers, et qui ne produiront que difficilement
de quoi alimenter des trains? Il est vrai que si l'on vit en France, où cela est en place depuis plusieurs décennies, on ne se pose pas la question si souvent.

Que pensez-vous du fait, juste un second exemple, que les chercheurs produisant autant de rapports édifiants ne se verraient attribuer aucun financement s'ils décidaient de remettre en cause cette
théorie? Étant donné que la majorité d'entre eux sont financés sur un modèle anglo-saxon, donc par le milieu privé, il leur serait difficile de ne pas faire de recherches qui puissent être
récupérées par les entreprises qui les financent.

Et je suppose qu'avec une formation de professeur, vous devez savoir que la Terre a connu des périodes glaciaires, tout comme elle a connu des épisodes de climats bien plus chauds que ceux que nous
connaissons aujourd'hui. Pourquoi ne jamais envisager qu'il puisse y avoir ne serait-ce qu'une très légère part de naturel dans ce phénomène de réchauffement climatique?

Ce qui m'irrite le plus, c'est le fait d'être considéré comme hérétique à la simple évocation que ce qui n'est qu'une simple théorie puisse être éronnée. Vous parlez de réflexe ovin, alors que vous
appliquez le même principe dans votre comportement. Je ne pense absolument pas que vous vouliez faire à mal, mais votre rélfexion me rappelle l'objectivité d'un fanatique, de quel bord que ceui-ci
puisse être.

Il est d'une évidence presque crasse qu'un changement dans nos comportements est le bienvenu. Et je suis tout à fait d'accord sur le point que nous devons faire quelque chose, et que l'action de
chacun compte. Simplement je regrette un certain manque d'esprit critique de votre part.

je suis déçu que vous n'ayez même pas pris la peine de regarder la vidéo que je vous ai mise en lien. J'espérais un peu plus d'effort de votre part. Cela aurait pu être un débat intéressant.


Aline 03/01/2010 19:59


Ma première phrase de réponse à votre réponse (...) vous dit que ce n'est pas tant le réchauffement climatique qui me pousse à agir maintenant, mais bien le fait de voir qu'on s'enfonce dans le
grand n'importe quoi au niveau de la pollution et du non-respect de la planète. Et dans mon article figure aussi le fait que le réchauffement climatique est un phénomène naturel, et je le reconnais
entièrement. (dans le paragraphe "Wonder-consommateurs").

Et je ne suis pas professeur de l'éducation nationale, mais prof de FLE, ce qui est totalement différent (formation universitaire surtout axée sur la pédagogie, didactique des langues), et de toute
manière, je doute qu'un prof de français sortant d'un CAPES ait eu des cours au niveau supérieur de géologie. Et je ne vois pas en quoi c'est un argument dans cette conversation de toute façon.

Et non, je ne suis pas une fanatique de quoi que ce soit, à part de la fin de comportements idiots de consommation non réfléchie, pour quelque motif que ce soit (pollution, mais aussi exploitation
d'enfants, exploitation tout court et soutien à des régimes que je ne cautionne pas) et dans la mesure du possible.

Et je n'ai pas regardé la vidéo parce qu'elle dure 1h, que ma connexion est mauvaise et que j'ai ouvert votre e-mail tard le soir et avais envie de dormir. En plus, j'ai une vie sociale, c'est une
période de fêtes,  et je ne suis pas toute la journée devant l'écran. Mais si, j'ai bien l'intention de la regarder. Là, je vais me faire une soirée ciné chez des potes, demain je commence un
nouveau boulot, donc on verra plus tard.


Charlie 31/12/2009 16:21


http://video.google.com/videoplay?docid=-3483608200922759033#
C'est sympa de condamner unliatéralement un comportement autodestructeur, mais il ne faut pas non plus oublier que l'idée du réchauffement climatique n'est qu'une théorie. Avis aux croisés de
l'écologie, n'oubliez pas de considérer que tout ceci n'est peut-être pas aussi grave qu'il n'y paraît.
à bon entendeur,


Aline 01/01/2010 23:35


Que le réchauffement climatique ne soit qu'une théorie ou qu'il soit avéré, on n'a pas le droit de continuer à faire n'importe quoi avec la planète, que ce soit dans notre environnement immédiat
(vous ne pouvez pas dire que vous ne trouvez pas ça immonde de voir des plages ou des champs couverts de déchets?), ou en ayant un comportement qui peut avoir des conséquences ailleurs... là je
pense à la consommation de produits manufacturés loin de chez nous, qui polluent sur place + pendant leur transport.

Et "que tout ceci n'est peut-être pas aussi grave qu'il n'y paraît". C'est sûr qu'ici, en France (mais c'est vrai que je ne sais pas où vous êtes), on n'est pas à côté de lacs ou de mers qui
s'assèchent sous nos yeux (cf la Mer d'Aral, juste un exemple)...on n'est pas non plus dans une île qui menace
de couler... facile à dire, donc.

Je trouve ça plus juste et plus intelligent d'agir et d'informer plutôt que de me laisser aller à un comportement ovin de consommation non-éclairée. Chacun son choix!


Nicolas 29/11/2009 23:56


C'est exact, très bon, ces kiwis, d'ailleurs! 
Il y en a aussi de la Drôme et certainement d'ailleurs...


Nicolas 26/11/2009 09:07


1000 mercis Aline, pour cet article qui résume magnifiquement ma pensée!

Et oui, à chacun de nous de réfléchir avant chaque achat:
  - quel impact environnemental/social a eu la fabrication de cet article (vêtements, appareil électrique et même mon vélo!!!...  )
  - arrêtons d'acheter des aliments produits à l'autre bout de la Terre (bananes, mangues, ananas, ...). Un point spécial pour les kiwis de NZ, la France en produit!!!
Bref, à chacun d'agir!

A très bientôt!


Aline 26/11/2009 11:26


Merci :))
Et merci aussi pour le lien vers le guide Le
Grand Ménage, avec plein de trucs et astuces pour polluer le moins possible à la maison!

Et c'est vrai que je suis passée devant des champs de kiwis pendant mon tour de France à vélo, entre Pau et Bayonne, le long de l'Adour, il me semble!

Bises